Mon engagement, ma promesse et mes valeurs

Convaincue que le destin n’est pas une question de chance mais une question de choix, j’ai décidé de poser ma candidature à la députation en vue des législatives de 2017. Mes motivations sont claires : je suis convaincue que je peux porter le projet politique novateur, rassembleur et surtout ambitieux que les citoyens attendent. Ce projet doit guider nos actions et susciter un vrai débat d’idées et non pas une compétition entre personnalités.

Issue de la société civile et du monde de l’entreprise, mon premier socle de valeurs repose sur le centrisme et la capacité de chacun d’entre nous à prendre des initiatives, à faire des choix. Je me sens, de ce fait, en parfaite harmonie et adéquation avec la définition du centrisme.

L’esprit d’initiative et la prise de responsabilité individuelle sont les seules susceptibles d’apporter les réponses et les solutions qu’attendent nos concitoyens. Nous devons nous s’inscrire pleinement dans un progressisme qui doit viser tout à la fois l’action publique et nos institutions.

Il nous faut pouvoir réconcilier ces deux contraires que sont le pragmatisme et l’ambition et construire et diffuser la vision d’un futur capable de donner un sens aux efforts et sacrifices d’aujourd’hui.

Mon parcours professionnel m’apporte aujourd’hui pleine satisfaction et épanouissement et si je fais le choix de l’engagement politique, c’est parce que je suis animée d’une volonté infaillible de contribuer directement à améliorer la vie de mes concitoyens, de rendre ce que l’on a pu me donner, et ce, avec la volonté de dépasser toutes les difficultés. J’ai développé une façon de travailler, mélange d’intuition et de méthode.

Mon parcours professionnel s’est construit sur les valeurs de transparence, loyauté et fidélité.

Loin d’être uniquement des idées, je les ai traduites en comportements et elles font, au quotidien, partie intégrante de ma « panoplie » de manager.

Je n’entends pas « dévier d’un millimètre » de ces convictions dans le cadre de mes fonctions à l’Assemblée Nationale.

J’ai pour habitude de respecter les engagements que je prends.

Je souhaite faire acte de candidature pour la 9ième circonscription du Bas-Rhin.

Le Député sortant, élu en 2012 sous l’étiquette Divers Droite « Majorité alsacienne » n’entend pas, semble-t-il, se représenter en 2017. Monsieur Claude Sturni a démontré qu’il y avait une vraie place pour une candidature du centre sur ce territoire.

Je suis persuadée de pouvoir apporter une contribution fondée sur la sincérité et l’exigence dans un territoire soucieux à la fois du respect de ses traditions mais aussi d’exprimer son réel potentiel de compétitivité.

Résidente et fortement ancrée dans la circonscription, j’ai développé, dans le cadre de mes missions professionnelles et de mon parcours personnel, un réseau et des relations fortes, que ce soit avec le tissu économique de ce territoire ou le milieu associatif.

Mon entourage me prête de fortes qualités d’adaptation dans ma compréhension des individus et de leurs différences et me qualifie souvent de « socio-flexible ».

Il s’agit là, à mon sens, d’un point fort au regard d’une circonscription qui allie tissu industriel dense et ruralité.

Femme de projet et d’action, je crois être à même de convaincre dans un contexte de fragilité et de défiance.

Rester en contact avec le territoire, encourager toutes les innovations, miser sur les savoir-faire et faire fructifier les jeunes talents constituent les fondamentaux de toutes mes décisions et de toutes mes actions.

Je serais honorée de pouvoir mettre toute mon énergie et mon enthousiasme à votre service et à porter et défendre au plus haut sommet de l’état, les demandes et les attentes de tous les citoyens de la 9ième circonscription.

En effet, chacun d’entre nous s’appuie, consciemment ou inconsciemment, sur des réflexes qui deviennent pour lui de véritables guides dans l’action. Dans tout ce que j’entreprends et dans tout ce que je souhaite entreprendre, dans toutes mes réflexions et toutes mes décisions, je « respecte » toujours les quelques principes d’action suivants :

  • L’écoute, l’empathie, l’ouverture
    C’est important de décider. Mais une décision qui ne s’appuie pas sur une écoute préalable est une décision imparfaite dès le départ. S’il est illusoire en politique de prétendre satisfaire chacun, il est cependant possible d’écouter tout le monde.
    L’écoute et l’empathie réduisent considérablement les marges d’erreur et garantissent à chaque citoyen qu’il est considéré, respecté et au cœur des préoccupations de l’élu.
    L’ouverture c’est assurer de garder les yeux ouverts sur son environnement, être en prise directe et permanente avec les évolutions de la société et des individus.
    L’ouverture, c’est aussi remettre en cause régulièrement ses propres convictions pour pouvoir mieux les affirmer.
  • Etre sincère et fidèle.
    « Ce qui n'est pas honnête ne peut être utile. » Que ce soit dans mon parcours professionnel ou dans ma vie de femme, la sincérité est une exigence que je respecte et que j’exige de chacune de mes relations. Je pars du principe que seule la vérité a une valeur et ce, même si elle n’est pas agréable à entendre.
    Dans un contexte politique, cette exigence est une des conditions majeures de mon engagement.
    « Faire confiance est une preuve de courage, être fidèle est un signe de force »
    Etre fidèle, c’est refuser de nier ses paroles, ses convictions et ses valeurs par opportunité.
  • Agir, m’engager, rester libre
    « Ce n’est pas parce que c’est difficile que nous n’osons pas mais parce que nous n’osons pas que cela devient difficile ». (Sénèque)
    Agir : c’est ce que nous faisons qui dit ce que nous sommes. Je crois en l’action parce qu’elle seule est susceptible de changer ou de modifier la nature et l’ordre des choses. L’action crée une dynamique positive et amène toujours un nouveau progrès.
    S’engager dans l’action : il faut faire ce que l’on dit que l’on va faire et le faire jusqu’au bout.
    Agir en liberté : Aller au bout de ses idées sans jamais en craindre les conséquences sur sa propre carrière.
  • Ici et maintenant
    « Il vaut mieux agir trop rapidement qu’attendre trop longtemps »
    Les individus passent plus de temps à penser aux conséquences négatives possibles de l’action qu’à l’action en elle-même. C’est le syndrome du « Et si … » ! « Et si cela ne marche pas, et si c’était plus compliqué qu’on ne le pense … »
    Quand l’action est en cours, je préfère me concentrer sur ce qui me fera réussir que perdre mon temps à spéculer sur un éventuel échec.
  • S'accepter tel que l'on est
    On se débarrasse plus facilement de ses défauts et de ses faiblesses quand on ne se condamne pas et je n’oublie jamais que ce sont mes forces et mes faiblesses qui m’ont permis de réussir dans le passé et le présent.
    Personne ne peut prétendre avoir « tous les as » dans son jeu et il ne sert à rien de vouloir absolument corriger tous ses défauts. Ce sont nos points forts qui font de nous un individu unique et nous avons chacun suffisamment de points forts pour réussir tout ce que nous voulons.
  • Prendre chaque problème comme une opportunité.
    Comme l’écrivait Paul Valery, « une difficulté est une lumière, une difficulté insurmontable est un soleil ».
    Un problème marque toujours, dans sa vie ou son métier, un progrès à venir. Le problème est la première étape d’un projet et le nier, c’est se condamner à ne pas progresser.

 

Fermer
Fermer

Veuillez saisir votre identifiant ou votre adresse de messagerie. Un lien permettant de créer un nouveau mot de passe vous sera envoyé par e-mail.

Fermer

Fermer